Sélectionner une page

Boutique

Affichage de 1–9 sur 12 résultats

  • Jaurès philosophe

    7,00

    Pendant deux ans (1881-1883) Jaurès a enseigné la philosophie au lycée d’Albi. Son cours inédit, qui fera l’objet d’une édition critique, révèle les origines de sa pensée, aux antipodes de l’hégélianisme et du marxisme. Un politique peut cacher un philosophe.

  • Écrits et discours théologico-politiques

    35,00

    Ce tome III des Œuvres philosophiques de Jaurès comprend une nouvelle traduction de sa thèse latine sur Les premières Esquisses du socialisme allemand, par Christophe Rogue, et ses plus grands textes sur l’Église et la Révolution, l’école et la laïcité, l’affaire Dreyfus et l’abolition de la peine de mort. [...]

  • Lo Princilhon

    15,00

    « Una estranha votz pichonèla me desrevelhèt. Me fasiá : « Se vos plai… dessenha-me un moton ! » Me quilhèri coma folzejat pel tròn. Me freguèri plan los uèlhs. Regassèri. E te vegèri un omenet, quicòm d’extraordinari, que m’espiava grèvament. »

  • L’òme que plantava d’arbres

    19,00

    A l’occasion d’una longa escorreguda a pè dins un airal desèrt e enermassit de Provença Nauta, l’autor encontra un pastre solitari que plantava d’arbres, d’arbres a milierats.

  • De la Réalité du Monde sensible

    35,00

    Ce tome II des Œuvres philosophiques de Jaurès est consacré à sa thèse de doctorat, De la Réalité du Monde sensible, précédée d’une introduction, « La Patrie invisible », et accompagnée d’un résumé de cours et d’un article contemporains : « De la connaissance humaine » et « Dieu ».

  • Cours de philosophie

    35,00

    Alors que l’on n’a trop longtemps laissé filtrer de lui qu’une parole politique instrumentalisée et édulcorée, le cours de philosophie que Jaurès a professé à Albi en 1882-1883 révèle un philosophe inattendu et profondément original, cherchant à vivre ses idées et incarner ses valeurs.

  • Les gorges du Viaur

    10,00

    Entre Rouergue et Albigeois, une série de gorges, pays du Drac et de Jean Boudou, que n’emprunte aucune route. Chartiste et poète de langue d’oc, Edmond Cabié les a parcourues de 1885 à 1887. Le meilleur des guides encore aujourd’hui.

  • La cosina a vista de nas

    22,00

    Dintradas, ensaladas, sopas e bolhons, moletas, pastas, legums, peisses, porcalha, confit e fetge gras, carn, salsa, consèrvas, dessèrts, confiments o bevendas : 120 recèptas d’en cò nòstre amb tot çò que cal per las capitar. E una introduccion sus las fèstas d’un còp èra.

  • L’orsa

    3,50

    « Cada conte del pòble es un poema » çò disiá Poshquin. Lo caçaire tua l’orsa e li rauba sos pichons. Lo lop, lo vibre, la missara, lo gat-pudre, la lèbre, l’eiriç e totas las bèstias del bòsc li venon portar solaç.