Sélectionner une page

Boutique

Affichage de 10–18 sur 51 resultats

  • En Algérie sur les pas de Jean Boudou

    12,50

    Jean Boudou, le plus emblématique des écrivains occitans contemporains, passa ser dernières années comme professeur de sciences agricoles en Algérie et y mourut (1968-1975).

  • Rue de l’Aléa

    14,50

    On y trouve de tout : une bibliothèque, une boulangerie, une boucherie et un bar. et même un local à vendre. Vient s’y installer une multinationale distributrice de cinémind : un cinéma où l’on met sur la tête des spectateurs des électrodes qui projettent leurs pensées sur l’écran…

  • L’Arbre de mèl

    12,00

    Tous les grands amoureux, mozarabes et troubadours, mystiques d’Orient et d’Occident, n’ont-ils pas évoqué l’amour comme un feu dévorant ? L’amour ici encore, en tradition vivante, danse comme une flamme. Mais c’est du four d’un poète alchimiste qu’il lance ses incendies.

  • Los tres gendres del paure òme

    13,00

    « L’istòria es de las pus polidas, comola d’images e de personatges magics… Aquò’s règla quasiment generala que los contes se devon acabar dins lo bonur del protagonista principal. Amb aqueste, non : es dins lo big sleep de la mòrt que tot se clava… »

  • Correspondance Paulin – Perbosc (1937-1944)

    25,00

    Une tendre amitié qui, de lettre en lettre, se tisse entre deux êtres épris de beauté. Une correspondance qui nous plonge dans l’intimité des deux poètes, un document inédit et précieux ; une oeuvre littéraire à part entière.

  • Ségaline

    18,00

    Avec un talent de conteuse, Lygie Bonnafous-Valière, nous livre un témoignage vécu et authentique de la vie d’autrefois dans le Ségala, dans un dialogue où se mêlent et se répondent, aussi fraîches les unes et les autres, les voix de quatre générations.

  • La boule de verre

    14,00

    « Pierre Seghers m’a envoyé La boule de verre. Elle a irisé ma journée. Elle s’est pour moi couverte de miniature et, par elle, j’ai vu loin dans mon passé. » (Gaston Bachelard). D’ascendance artisanale et terrienne, René Rouquier (1905-1999) a été instituteur et prophète en poésie.

  • Lo cabrièr de las paraulas

    12,00

    El es ensenhaire, ela infirmièra. An tres dròlles e se meton a abalir de cabras, de cabras que ne fan parlar mai d’un dins lo vilatge. Fantasiá, causida o biais de se plegar al voler del lòc ?

  • Je voudrais bâtir une ville heureuse

    13,50

    « Mon pays est l’Albigeois et ma langue maternelle n’est pas le français mais la langue d’Occitan C’est peut-être pourquoi j’ai toujours rêvé d’écrire des poèmes avec les mots de tout le monde, avec les mots de tous les jours… »